Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
fr en
Go
04/11/2019

L’Europe du nord, championne du vélo

L’Europe du nord est le terrain le plus accueillant pour les cyclistes. Ce n’est pas nouveau, mais quand une carte montre de façon aussi flagrante la réalité de l’équipement des pays en pistes cyclables, on se gratte la tête.

Pourquoi les pays du sud, au climat plus clément, ne sont-ils pas au niveau ?
Voici quelques éléments de réponse...

La création des pistes cyclables en Europe

Avec la prise de conscience collective du réchauffement climatique, les citoyens européens savent qu’il est indispensable de changer de mode de vie et donc : de transport. L’essor du vélo et autres formes de mobilité douce s’accompagne de la création de très nombreuses pistes cyclables dans toute l’Europe. Les infrastructures destinées aux vélos s’installent dans le paysage urbain des européens… mais pas partout de la même façon. 

L’Europe du Nord, championne du vélo ? C’est un cliché et pourtant c’est vrai ! Londres (UK) , Malmö (SWE), Gand (BE), ou même la Ruhr qui va bientôt voir dérouler une piste cyclable de grand envergure… sans oublier les évidentes Copenhague, Oslo et Amsterdam. Cette dernière peut même être qualifiée de pionnière.

Les Hollandais pionniers 

Si la première piste cyclable naît en 1911, il faut attendre les années 1970, avec le choc pétrolier, pour que le vélo s’installe comme un moyen de déplacement urbain à part entière. Et ce sont les Pays-Bas qui donnent l’exemple. 

Les protestations se multiplient. “ Le 4 juin 1977, dans le cadre d’une journée mondiale du vélo, 9000 cyclistes défilent dans Amsterdam. Les participants demandent : « l’interruption immédiate de la construction de parkings en ville et l’obligation de garer les autos en périphérie, plus d’importance accordée aux transports publics, une meilleure infrastructure cycliste » et « le comité exige la vitesse limitée à 20 km/h en zone urbaine »”, raconte Frédéric Héran dans son rapport Vélo et politique globale de déplacements durables (Université de Lille 1). 

Plusieurs facteurs expliquent le rôle pionnier joué par les Pays-Bas. “D’abord, les contraintes géographiques et la densité urbaine limitent fortement l’étalement urbain et compliquent la réalisation de routes. 


La nature sableuse et tourbeuse des terrains oblige à refaire régulièrement les chaussées et permet une évolution plus rapide des aménagements”, détaille Frédéric Heran. 

Les Pays-Bas sont urbanisés de longue date et cette culture urbaine imprègne toute la société. Les habitants se sont depuis longtemps appropriés les espaces publics.

Enfin, poursuit Frédéric Heran, “la concertation est également une pratique très ancienne. Il ne s’agit pas simplement d’aboutir à un consensus. Quand les problèmes sont posés, les discussions sont très vives, mais chacun admet qu’il est nécessaire de trouver finalement un compromis et de s’y plier, non sans bien sûr quelques ressentiments. C’est toute une tradition démocratique qui est favorable à une meilleure écoute des habitants par les autorités et les experts”.
La première piste cyclable naît en 1911, mais c’est le choc pétrolier des années 70 qui va installer durablement le vélo dans les villes nordiques. 

Les nordiques toujours en pointe

Copenhague, une ville où le nombre de vélos a dépassé celui des voitures, continue d'investir : “135 millions d'euros depuis 2005, des ponts entièrement dédiés aux vélos, 400 km de pistes cyclables. Sur les pistes, un vélo est devenu incontournable auprès des familles : le triporteur, né en 1988 au coeur du quartier de Christiania”, indique cet article.

De même aux Pays-Bas où, en 1998, des pistes cyclables de grande envergure voient le jour avec l’ouverture d’un itinéraire reliant les villes de Breda et Etten-Leur. Les vélos sortent du centre-ville et permettent de désengorger les rocades périphériques.

Les autres rattrapent leur retard

La France accélère ses efforts avec des pistes cyclables à 2x2 voies dans certaines villes en tête du peloton, comme Bordeaux, Strasbourg ou Toulouse.  En italie, dans la ville d’Ospedaletti, il est possible de pédaler sur la plus longue piste cyclable d’Europe. 24 kilomètres pour les vélos, au bord de la mer, construite sur une ancienne voie ferrée. 

Pour terminer, les européens peuvent désormais utiliser trois véloroutes pour traverser l’Europe. Ces pistes cyclables de grande envergure traversent le continent avec un tracé sécurisé où tout est pensé pour le confort des cyclistes. L’une traverse les pays du Nord, une le centre et la troisième longe les côtes du sud. Et sans grande surprise, la piste la plus utilisée par les vélotouristes et celle du sud, qui passe par Barcelone, Monaco, Venise, Dubrovnik et Athènes. 



Texte : Anouchka Noisillier et Guillaume Desmurs
Photos : Businesstravel.fr, Steinar Engeland and Krisztian Tabori sur Unsplash, Eurovélo 
rejoignez le mouvement !