Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
fr en
Go
31/07/2019

L’homo sapiens a la bougeotte

La micro-mobilité, des millions de citadins dans le monde la vivent au quotidien. C’est un déplacement court (3 km en moyenne) entre son logement et son travail. Un déplacement purement utilitaire ? Pas seulement. C’est aussi et surtout une parenthèse, un trait d’union, un moment créatif. Et pourquoi pas un voyage ? L’opportunité d’exercer sa curiosité pendant ce temps suspendu où l’être humain exprime son besoin de bouger. 
Plus qu’une mode ou une tendance, la micro-mobilité pourrait bien être la révolution d’un mode de vie plus heureux en ville ?

Le déplacement urbain : une nouvelle forme de liberté

Parfois imposé, souvent voulu, ce micro-nomadisme contemporain est un état d’esprit nouveau dans l’approche et la pratique de la ville. Une façon de redevenir actif sur un terrain urbain perçu comme hostile, de reprendre le contrôle de son temps et de son espace pour ne plus subir les horaires et les bouchons. Liberté et spontanéité redéfinissent ce déplacement quotidien aux nouvelles trajectoires... 

“Toutes ces nouvelles alternatives de déplacement, sont peut-être le résultat d’un manque de fluidité dans les options de transport existantes. Ou bien de l’ennui de la part des utilisateurs qui décident d’entreprendre, essayant eux-mêmes, à partir de leurs propres expériences ; de trouver des nouvelles façons de déplacement sans devoir attendre des solutions et infrastructures mises à disposition par leur gouvernement, ” estime Catalina Gomez Jaimes dans le blog Under The Sharing Mood.

La nécessité du mouvement chez l’humain

L’être humain a besoin de se déplacer. C’est indispensable pour commercer, échanger, communiquer et tout simplement exister. Souvenons-nous que l’homo sapiens est d’abord nomade, il se déplace pour suivre les saisons et les animaux. Une fois sédentarisé lors de la révolution agricole, il voyage pour commercer et aussi faire la guerre.

Dans nos sociétés modernes, la capacité de mouvement est tout aussi nécessaire pour exister et fonctionner. D’ailleurs nous bougeons toujours plus : le trafic mondial croît, depuis 1982, au rythme annuel moyen de 4,3%. “A l’échelle des sociétés occidentales, peut-on dire que l’amplitude des déplacements est l’indice d’une plus grande égalité ? Les réponses intuitives à ces questions sont certainement positives. Dans notre partie du monde, en effet, la mobilité apparaît comme une valeur positive, rappellent les auteurs du blog La pause science.

Voir la mobilité urbaine autrement

Dans l’environnement urbain pollué, engorgé, les micro-nomades expriment à leur façon cette bougeotte inhérente à l’homo sapiens : “en changeant de chemin pour rentrer chez eux, acceptant de ne pas prendre le même chemin tous les jours est de se laisser la possibilité de découvrir, de s’émerveiller, et de penser qu’il y a des gens qui voient le monde comme il n’a jamais été”.

Ils empruntent des VLEU (Véhicule Léger Électrique Unipersonnel) ou NVEI (Nouveaux Véhicules Électriques Individuels), gyropodes, la trottinette électrique ou même ce bon vieux vélo électrique, ou pas d’ailleurs, signe son grand retour dans les rues des grandes villes (comme le raconte Frédéric Heran dans son livre Le retour de la bicyclette).

Ces nouveaux modes de déplacement rafraîchissent notre expérience de la ville, nous permettent de relier plus facilement les lieux, donc les gens… donc les idées. Plus qu’une mode ou une tendance, la micro-mobilité pourrait bien être la révolution d’un mode de vie plus heureux en ville ?

Ce changement se fera grâce au développement de nouveaux moyens de déplacement et d’accessoires, comme les vêtements, pour faciliter le mouvement et améliorer la sécurité de ces micro-nomades. Vous montez à bord ?

Texte : Anouchka Noisillier et Guillaume Desmurs
Photos : Unsplash : S., Marek Rucinski,Jordi Moncasi, Basil Samuel Lade 

rejoignez le mouvement !