Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
fr en
Go
03/03/2020

La trottinette, symbole de l'individualisme ?

Les trottinettes électriques symbolisent l’éco-mobilité du futur. Un monde merveilleux et fluide. Pourtant ce petit bijou du déplacement urbain n’est pas étanche aux défauts de l’homme. Notamment son individualisme. La trottinette comme révélateur d’une société ?
Si trottinettes et code de la route ne font pas bon ménage, trottinette ne rime pas non plus avec écologie.
Grâce aux trottinettes électriques, on peut redécouvrir la ville sans effort. Un formidable outil de liberté pour les patineurs urbains ! On la déniche où on se trouve et on la repose où ça nous arrange, les bouchons n’existent plus et cette alternative est plus écologique qu’une voiture. Le rêve de l’éco-mobilité
 
Cependant, en observant trottinettes et pilotes dans les rues (leurs slaloms imprévisibles sur la route, les trajectoires dangereuses à travers les carrefours, les trottinettes laissées au milieu des trottoirs) , je me dis qu’elles concentrent quand même une bonne dose de je-m’en-foutisme, de “après moi le déluge”, de “poussez-vous j’arrive”. 
La trottinette en libre-service est-elle un concentré d’individualisme urbain ? C’est ce que pense le philosophe Eric Sadin :
 
“Rien n’a été organisé (par les pouvoirs publics, ndla), les voies de circulation n’ont pas été aménagées, les lieux de dépôt non plus, la vitesse n’a pas été limitée. On a vu les usagers s’emparer spontanément des trottoirs, privilégier leurs trajectoires au détriment de celles des piétons, aller jusqu’à causer des chocs et des blessures sur les personnes. Des incivilités de toutes sortes se sont succédées, particulièrement le stationnement sauvage", écrit-il. 




Le métro plutôt que la trottinette

 
Les citadins agacés par les deux-roues électriques le font savoir, comme sur ce blog.
“Comme précise un rapport en date de juin 2019, la majorité des utilisateurs de ces nouveaux jouets ne l’utilise pas pour remplacer un mode de transport particulièrement polluant comme la voiture mais pour remplacer un trajet en transport en commun, en vélo ou à pied. L’utilisation de la trottinette relève donc d’un « confort » de l’usager facturé 3,25 euros pour un trajet de 15 minutes, alors que le ticket de métro est à 1,90 euros pour ceux qui n’ont pas de carte d’abonnement. Intéressant. Prendre le métro reste donc bien plus écologique en plus d’être moins cher.”

Si trottinettes et code de la route ne font pas bon ménage, trottinette ne rime pas non plus avec écologie. 
“Quand je vois le nombre de trottinettes électriques qui sont sorties de la Seine (et dont personne ne veut une fois remontées) je me dis que la mobilité douce à Paris, mérite mieux que le lithium et l'incivilité”, s’insurge un internaute sur Twitter alors qu’il publie une photo de 12 trottinettes et 2 vélibs envasés, tout justes sortis de la Seine.
 


Batteries et environnement

 
En moyenne, la durée de vie d’une trottinette électrique en libre-service est de 6 mois. Petite ou grande ville, toutes ont le même bilan : les trottinettes se retrouvent abandonnées sur les bords de routes, au fond des fleuves ou encore embourbées dans les terrains vagues ou sur les plages.
 
« Si on ne retire pas la trottinette de l'eau, la corrosion va ouvrir la batterie au bout de quelques années. L'eau va pénétrer dans l'accu, et on va assister à un relargage des composants » explique Yves Lévi, enseignant-chercheur au laboratoire Écologie, systématique et évolution de l'université Paris-Sud, à France Info.
 
Repêcher les trottinettes, c’est l’une des solutions mises en oeuvre par l’association de défense Sea Sheperd. Les bénévoles de la région de Lyon se sont donnés rendez-vous sur les bords de Saône pour sauver des eaux quelques 22 trottinettes.
 

Texte : Anouchka Noisillier et Guillaume Desmurs 
Photos : Mathieu Duméry, Mika Baumeister pour Unsplash

 

 





Ok, je sais, il ne faut pas agiter ces thématiques sensibles à haut potentiel d’engueulade... J’entre à reculons dans ces débats énervés de l’époque. Essayons plutôt de voir le bon côté des choses. 
 
Restons calmes et roulons tranquilles ! Et prenons un peu de recul. Le podcast Pessimists Archive nous aide à relativiser ces échauffements de macadam. Il rappelle que chaque invention a eu son lot de grincheux et de béats enthousiastes, que ni l’un ni l’autre n’avaient raison… et que la guerre des trottinettes a déjà eu lieu, il y a un siècle !
 
La trottinette c’est quand même chouette et elle deviendra un moyen de déplacement urbain durable, nous en sommes convaincus chez Köppencap… alors roulons en bonne entente, un peu moins individualistes ! Be careful, polite & chic with Köppencap !
 
rejoignez le mouvement !